À propos

C’est l’histoire de 2 amies qui aimaient marcher autour d’un joli lac du pays basque en refaisant le monde …. jusqu’au jour où elles se sont jetées à l’eau pour réaliser leur rêve.

Passez le matin, vers 8h, vous trouverez des professionnels qui font une petite pause café, des mamies qui remplissent leur cabas de produits frais, et ça continue toute la journée, des gens d’ici et d’ailleurs font une halte et viennent chercher quelque chose de plus que des produits. C’est bien ça le Super Pouvoir de Christelle et Isa : Elles ont le don de créer du lien entre de parfaits inconnus. Elles contribuent à rompre la solitude, à rassembler autour de valeurs éthiques, à valoriser les produits locaux

Qui êtes vous ?

Dès la fin de ses études Isa, originaire de Sare, a travaillé dans une entreprise pour laquelle elle garde une profonde affection « l’Aile ou la Cuisse » à Souraïde.
« J’ai choisi d’étudier la compta, la gestion , j’ai fini par un BTS Assistante de Direction »
Elle évoque des anecdotes de ses 20 années de collaboration avec Etienne et Sylvie Garat et souligne l’importance de la curiosité, de l’intérêt que l’on porte aux choses.
« C’est comme ça que je me suis retrouvée au CA du Groupement d’Achats Erosi, nous n’étions que 2 femmes au tout début ! je participais aux commissions « familles déchets organiques- emballages », tu vois , il n’y a pas de hasard ! C’était extra, j’ai beaucoup appris, j’ai même été Vice-Présidente ! »
Elle rie aux éclats, ses yeux pétillent de malice « attention, j’aime rire mais côté boulot il faut que tout soit carré, bien fait ».
2015 a été une année charnière : « je n’arrivai plus à me projeter, j’avais envie de faire quelque chose mais je ne savais pas Quoi ….En avril, on est parties pour une semaine sur le chemin de Compostelle avec Christelle et 2 amies ».

Elle se lève pour accueillir des clients , Christelle revient avec un autre café et enchaîne :
« Mon parcours est différent, j’ai aussi suivi un parcours Gestion mais c’était par défaut (rires) puis 1 an de Fac et un BTS Action Co.
A la fin de mes études je pensais déjà à ouvrir une boutique un jour …
J’ai eu différents jobs qui m’ont entraîné hors de la région. J’ai décidé de rentrer chez moi à Souraïde où j’ai dirigé le Village Vacances Renouveau pendant 14 ans, c’était génial !
En 2011 après un plan social j’ai quitté ce poste et j’ai crée Bihotz Ona, une Société de Service à la Personne avec une collègue aide soignante ainsi qu’une association
Cette expérience est très positive sur le plan humain mais il lui manque quelque chose. Elle passe le relais au bout de 3 ans. « j’ai traversé des périodes de doutes mais je suis débrouillarde et optimiste, je savais que j’allais rebondir »
Isa nous rejoint avec un délicieux gâteau maison : « regardez, c’est offert par les clients ! on va le partager ». J’adore !

Sur le chemin

Il a suffit d’une semaine sur le chemin de Compostelle pour que le projet Euskal Vrak prenne forme.

Ahhh, Les vertus de la marche doublées des bienfaits d’une coupure totale avec le quotidien…
C’est parfait pour un Storytelling, une semaine de marche pour écrire un projet !
La réalité c’est surtout des mois passés à se renseigner, à visiter des salons spécialisés, à parler avec les conjoints, les proches.
Sur des dizaines d’idées, celle-ci s’est imposée sur le chemin de Compostelle.
3 mois après, grâce à beaucoup d’efforts, au soutien et à la solidarité de l’entourage l’inauguration de l’ancien garage auto a eu lieu.

Quel était le concept ?

« Le concept du Vrac était encore peu répandu en 2015, nous voulions sensibiliser les clients à de nouvelles façons de consommer, changer les habitudes en douceur. Ce qui comptait beaucoup c’était de créer un endroit où les personnes se sentent bien. »
« On s’est renseignées, on a rencontré des personnes de bon conseil dont l’association « Andere Nahia » et bénéficié des dispositifs d’accompagnement de la Chambre de Commerce entre autres ».

Qu’est-ce qui est difficile / ou pas ?

« C’était un gros pari , on y a mis toutes nos économies, notre temps.
On est là 7 jours sur 7 , même plus le temps de partager des moments en dehors…
Les journées sont bien remplies : notre priorité c’est le contact avec les clients , ensuite il faut s’occuper des commandes, de la mise en rayon, du nettoyage, de la compta… »
Elles se taisent, se regardent et presqu’en choeur me disent :
« C’est une chance d’être débordées ! note le surtout ! On a beaucoup de chance ! »

Votre Bilan pour ces 5 ans ?

« Aucun regret, c’est une très belle rencontre, on a pas l’impression de travailler »
Leur complicité est évidente. Ce qui m’épate c’est leur complémentarité : pétillantes, l’une organisée , cadrée, l’autre plus intuitive et toutes deux très bosseuses : tout fini en grands éclats de rires.

Propos recueillis le 8 Mars 2020 – Journée internationale des Droits des Femmes

Milesker ainitz

Sylvie – Azimuth coaching

%d blogueurs aiment cette page :